la France d'après est déjà là !

Publié le par cuab34bfs

Rafles Sarkozy et gardes à vue, c’est assez !

 

 

Les rafles Sarkozy aboutissent à la garde à vue de la Directrice de l’école maternelle !

Les vives protestations de parents d’élèves, lundi dernier, lors de l’arrestation d’une mère dont l’enfant est scolarisé à la maternelle n’ont pas eu l’heur de plaire aux sbires du ministre-candidat. La mère en question ayant le grave défaut, pour la société que nous promet Sarkozy, d’être étrangère, la Directrice de l’école maternelle, Mme Valérie Boukoza, a été convoquée au commissariat, ce matin, vendredi 23 mars. Elle a été mise en garde à vue ! Nous appelons à un rassemblement immédiat devant le commissariat où est détenue Mme Boukoza. Toutes et tous devant le commissariat du 19ème arrondissement de Paris, 3 rue Eric Satie, Métro Ourcq. [ Après plusieurs heures de garde à vue, pour outrage à agents ( !), la Directrice a été libérée, accueillie par la foule qui se pressait devant le commissariat] De tels agissements sont intolérables. La chasse aux enfants de parents étrangers soulève le cœur. Nous ne voulons pas de cette société faite de haine, de racisme, de xénophobie, de chasse aux immigrés, que cache le vocable d’immigration choisie. Il est temps de régulariser tous les sans-papiers et de renvoyer Sarkozy à sa mairie de Neuilly sans HLM.  Ne le laissons plus agir. Ne le laissons pas passer.

 

Pour la direction de campagne de José Bové,

Jacques Perreux

-----------------------------------------------------------------------------------------

Une directrice d'école maternelle parisienne en
garde de vue

 

 

vendredi 23 mars 2007, 14h04

 
Sans-papiers: une directrice d'école maternelle
parisienne en garde à vue
PARIS (AP) - La directrice d'une école maternelle
parisienne a été placée vendredi matin en garde à vue
pour outrage à la suite des incidents qui ont opposé
mardi devant son établissement des parents d'élèves
aux policiers venus interpeller des parents
sans-papiers, a-t-on appris de source judiciaire. Deux
autres personnes ont également été placées en garde à
vue dans cette enquête, précisait-on.

Cette interpellation a provoqué un véritable tollé
parmi les syndicats, ainsi qu'à gauche. Le Réseau
éducation sans frontières (RESF) a appelé à un
rassemblement vendredi en début d'après-midi devant le
commissariat où la directrice de l'école maternelle,
située rue Rampal dans le XIXe arrondissement de
Paris, est retenue.


"Je suis scandalisé qu'on s'en prenne à une
enseignante qui n'a fait que procéder à la protection
des enfants. J'en appelle au ministre de l'Intérieur
pour qu'il fasse cesser cette scandaleuse garde à vue
et au ministre de l'Education pour qu'il joue son rôle
de protection des personnels", a déclaré de son côté à
l'Associated Press Gérard Aschieri, le secrétaire
général de la Fédération syndicale unitaire (FSU,
première fédération de l'Education).

"On atteint des sommets. Je ne sais pas s'il s'agit
d'une initiative locale ou s'il y a des ordres, mais
c'est un acte particulièrement grave. Un pas a été
franchi", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général du Syndicat national unitaire
des instituteurs (SNUIpp), Gilles Moindrot, parle lui
d'une interpellation "inadmissible" et exige que la
directrice de l'école maternelle soit "libérée
immédiatement".

Jeudi, les deux principales fédérations de l'Education
nationale, la FSU et l'UNSA-Education, ont dénoncé de
récentes opérations policières à Paris à proximité
d'écoles où sont scolarisés des enfants sans-papiers,
dont l'une, mardi dernier rue Rampal, s'est soldée par
des heurts et l'usage de gaz lacrymogène. AP

 

Publié dans unisavecbove34bfs

Commenter cet article

les marques 24/03/2007 16:10



Rafle_Paris_Rampal_2007-03-20-J.Warlopenvoyé par petaramesh