Réunion nationale des collectifs unitaires des 17 et 18 mars 2007

Publié le par cuab34bfs

Réunion des 17 et 18 mars 2007.

 

 

badge_50x70

 

 

Réunion nationale des collectifs unitaires des 17 et 18 mars 2007

 

La réunion commence le samedi 17 à 9h30 et aura lieu :
  à la Bourse Départementale du Travail, 1 place de la Libération, à Bobigny en Seine Saint-Denis.

En voiture, il est préférable de se garer directement sur l’avenue Jean Jaurès entre la place Normandie-Niemen et la Bourse du travail.

A pied et métro depuis Paris, terminus de la ligne 5 : « Bobigny, Pablo Picasso », puis Tramway T1 arrêt « Libération » .

Comme les 20 et 21 janvier à Montreuil, une participation aux frais de 20 Euros sera demandée aux délégués de l’Ile de France pour assurer les frais de la journée et soutenir les délégations de province qui en exprimeront le besoin.

Les délégués peuvent s’inscrire à l’adresse du secrétariat : AUsecretariat AT ras.eu.org ou à défaut, le matin même.

Ordre du jour

Samedi 17 :

  9 h 30 - 10 h :
Accueil, inscriptions, enregistrement des frais à rembourser, logements.
Vérification des adresses afin de disposer de meilleurs moyens de diffusion.

  10 h - 13 h 30 :
Débat sur l’analyse de la situation politique et les décisions à prendre au sujet de la présidentielle. Rapport Pierre Laporte.
Présidence : France Coumian, Gilles Monsillon, Henri Mermé.

Proposition est faite à Claire Villiers et à un homme et une femme des collectifs d’assurer également la présidence.

Secrétariat/ prise des demandes de paroles : Pierre Cours-Salies, Delphine Delallée et 2 militant(e)s des collectifs.

Déroulé de la discussion : Interventions de 3 minutes : 15 interventions des collectifs, intervention de 10 minutes de Jacques Perreux sur la campagne de José Bové, 10 interventions des collectifs et ensuite alternance d’intervention des sensibilités du rassemblement et des collectifs.

  Pause de 13h 30 à 14 h 30

  14 h 30 - 15 h :
Reprise autour des éventuelles résolutions ou motions proposées

  à partir de 15h :
En fonction des décisions prises, la possibilité est offerte de se réunir (plusieurs salles seront disponibles) soit pour discuter de la campagne de José Bové soit pour aborder toutes questions découlant des discussions de la matinée.

NB : Concernant, la présentation de notre fonctionnement à prévoir jusqu’à fin juin : calendrier et tâches de la coordination, un document sera distribué aux participants.

Dimanche :

  9 h 30 - 12 h 30 : Les législatives
Rapport : Pierre Cours-Salies
Présidence : Proposition est faite à Francine Bavay, Robert Abad et Birgit Hilpert.

 

 

Précisions afin de préparer la réunion

La campagne pour la présidentielle

La réunion se tient « pour faire le point de l’action engagée, vérifier qu’elle suscite une dynamique populaire et décider de suites à y donner ».

Afin de cerner quelques questions à débattre, un bref document de préparation, présenté ci-après, est proposé par le secrétariat .
_  1- Un rapport sera fait, par le comité de campagne, achevé la veille de la réunion et diffusé en séance.

_  2- Quelques questions à débattre dans les collectifs et les coordinations afin de préparer le débat :

Si les parrainages sont rassemblés en nombre suffisant :

  • 1°) Appréciation politique : la campagne autour de José Bové doit-elle être réalisée ?
  • 2°) Quelles priorités doivent être mieux soulignées, maîtrisées, mises en valeur ?
  • 3°) Dans quel cadre et avec quel fonctionnement la campagne devra-t-elle se développer ?
  • 4°) Quelles relations doivent exister entre les collectifs qui ne font pas la campagne et les comités et collectifs qui la font ?

Si les parrainages ne sont pas suffisants pour faire campagne :

  • 1°) Quelles positions défendons-nous durant la campagne et pour les appels au vote ?
  • 2°) Quelles activités développons-nous en préparation et en soutien aux législatives ?

Au sujet du troisième point de l’ordre du jour, auquel peu de temps sera consacré, nécessairement, un texte sera envoyé la semaine prochaine sur le calendrier jusqu’en juin et les conditions de préparation des Assises de l’automne.

Pour préparer le débat sur les législatives

1- Les décisions déjà discutées et adoptées - qui peuvent évidemment être discutées :

La coordination nationale confirme la nécessité de présenter des candidatures unitaires aux élections législatives.

Cette présentation doit se faire sous un label commun, respecter la parité Femmes-Hommes ou Hommes-Femmes, les diversités de courants politiques et l’expression des différentes dominations (notamment liées à l’origine) .

Il est avéré, depuis la rencontre nationale du 3 mars que d’ores et déjà des rencontres ont été engagées en régions entre des comités ou des collectifs et des partis politiques dont il ressort plusieurs cas de figure. Les collectifs et collectifs qui ne l’ont pas encore fait doivent engager au plus vite des discussions pour désigner des candidatures potentielles qui seront l’objet de discussions au sein des coordinations départementales et de négociations futures.

Celles-ci peuvent provenir du courant unitaire antilibéral que nous voulons développer ; ou d’autres origines de militant-es- (PCF, LCR, ...) et être communes à celles que nous soutenons directement.

Dans la mesure du possible, nous devons veiller à ce que ces pourparlers en amont ne viennent pas interférer les meetings de la campagne et sa lisibilité.

Elles se situent dans le cadre tracé par quelques textes de référence :
_  Texte Ambition-Stratégie...
_  Ce que nous voulons (les 125 propositions)
_  Et la précision, qui figure dans l’introduction du texte adopté le 21 janvier, (extrait) : 4) La candidature de Ségolène Royal qui accentue le caractère social-libéral de la campagne du PS, tourne le dos aux exigences populaires et aggrave le divorce entre la colère sociale et l’offre politique. Son orientation sociale-libérale démontre l’impossibilité d’envisager un accord gouvernemental ou parlementaire avec le PS. Sa direction joue sur le réflexe « ne pas recommencer le 21 avril 2002 » et tente de culpabiliser les électeurs anti-libéraux, alors que ce n’est pas la multiplication des candidatures anti-libérales en 2002 qui a causé l’échec de Jospin, mais le bilan de la gauche plurielle.

Comment attribuer un « label »

Ces candidatures doivent pouvoir être soutenu par un label commun.
Les conditions de son attribution engagent tout le monde, ce ne peut donc pas être une activité totalement décentralisée au niveau de chaque circonscription, puisque des candidat-e-s porteront le même label ailleurs.

Pour s’assurer, en même temps, le maximum d’efficacité et de souplesse nous proposons que les coordinations départementales soient responsables de l’attribution du label : si leurs décisions font l’unanimité ou ne soulèvent pas de contestation, la décision est prise ; s’il y a des contestations, il faudra prévoir des discussions avec le département voisin, la région, voire une discussion nationale ;

Une association de financement :

Pour l’ensemble des démarches des campagnes électorales, nous utiliserons l’association SEGA, qui a déjà été utilisée, par divers courants (Motivé-es Alternatifs, ANPAG, AMP, etc.)

Des contacts sont recherchés (lettres envoyées) nationalement et tout autant par département afin de vérifier les possibilités d’accord de répartition de circonscriptions. Pour cet aspect, nous distinguons les candidats qui auront notre label de ceux et celles que nous pouvons soutenir, si les autres forces acceptent de faire de même, afin d’éviter d’avoir une multiplication de candidatures antilibérales en concurrence.
Toutefois, n’oublions pas que le dépôt définitif des candidatures aux législatives a lieu dans les premiers jours du mois de mai, ce qui donne un délai pour des discussions, si les rapports de forces pré-existent.

2 Les décisions qui restent à prendre :

Le label proposé pour les législatives a déjà été discuté, il finit par se dégager au plus simple ce qui doit être examiné et choisi.
Nous proposons : Gauche alternative,
avec en sous-titre : Collectifs unitaires antilibéraux .

Pour être efficace un tel label doit se trouver à proximité avec la dynamique de la campagne autour de José Bové, sans s’y confondre afin de tenir compte des situations locales différenciées.

Une coordination des différentes situations rencontrées pourra se faire en les publiant sur une rubrique spéciale « Les Législatives » du site www.alternativeunitaire2007.org

Dans l’immédiat, le plus urgent est de faire connaître au secrétariat les options déjà prises dans les diverses circonscriptions concernées, afin qu’un rapport plus développé et entrant dans la diversité des cas soit préparé.
Nous examinerons la semaine prochaine la possibilité d’une première annonce d’un nombre de candidat-e-s « labelisé-e-s » à l’occasion de la réunion des 17 et 18.

http://lagauche.canalblog.com/archives/2007/03/14/4251898.html

également ici : http://www.alternativeunitaire2007.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=20

 

Publié dans unisavecbove34bfs

Commenter cet article