Le 8 mars, journée internationale de luttes des femmes

Publié le par cuab34bfs

Uni-es et solidaires, un autre monde est possible

 

 

 Grâce à deux siècles de luttes collectives, les féministes ont contribué à ouvrir de nouveaux espaces de liberté pour l’ensemble des femmes. 

  
50 années de citoyenneté à part entière et 30 ans d'existence d'une institution chargée des droits des femmes, l’Egalité des hommes et des femmes inscrite dans la loi et garantie par le préambule de la Constitution ! De quoi se plaignent-elles, encore ? Entend-on dire…

 Or, ce qui caractérise, en France, la situation des femmes c’est l’égalité formelle et non réelle accentuée par la féminisation de la pauvreté qui les touche principalement. Ces effets se cumulent et contribuent à amplifier leur grande précarité.

 Ainsi, l'arsenal juridique en faveur des droits des femmes n'a pas permis de réaliser l'égalité ni de supprimer les rapports de forces et de pouvoir entre les hommes et les femmes dans notre société.  Le développement du néo libéralisme qui se nourrit du patriarcat et le conforte conduit à un dévoiement de ce principe.

 Dans le monde du travail, des mesures apparemment neutres (APE, politique d’incitation au temps partiel) constituent des discriminations indirectes puisqu’elles pénalisent essentiellement les femmes, accroissant ainsi l’écart entre leur poids dans le fonctionnement économique et la place qu’elles occupent. Dans le domaine politique, la parité, conçue au départ comme un outil de réalisation de l’égalité, a été détournée de cet objectif au profit d’un réaménagement de la domination masculine et du pouvoir patriarcal.

 Toute tentative de lutte contre les discriminations à l’égard des femmes, dans un seul domaine à la fois, s’avère ainsi un échec. Seule une vision d’ensemble permettrait de les appréhender et de les combattre dans un même mouvement et dans leur interaction. C’est le seul moyen de transformer la société en profondeur.

 La prise de conscience accrue dans la société de l'étendue des discriminations que les femmes subissent doit nous inciter à recourir de façon volontariste aux lois en vigueurs et à mettre en place les outils indispensables à une égalité réelle entre les femmes et les hommes.

 

 

 Le 8 mars 2007

 Pour le comité de campagne de José Bové,

 Monique Dental

 

 

Publié dans unisavecbove34bfs

Commenter cet article